La scène électro française se met au cinéma

1923

Avec en tête de gondole Quentin Dupieux alias Mr. Oizo, la scène électro Française se fraye un chemin dans le paysage du 7ème Art

Après s’être fait un nom dans les années 90 avec son morceau Flat Beat, Mr. Oizo décide de passer derrière la caméra pour présenter une vision particulière mais novatrice du cinéma, loin des standards habituels. Ses films sont irrationnels, sans queue ni tête où l’on a du mal à déterminer si le scénario est raté, absurde ou étonnamment génial !

quention dupieux alias mr oizo

Jugé trop barré pour être financé, c’est avec son argent personnel qu’il produit son premier film : « Nonfilm »; un film “non-regardable” selon ses dires. Premier bide public mais qu’importe, ce projet lui tenait à cœur. En 2007, il remet le couvert avec « Steak », encore un film à l’histoire loufoque et frappadingue où Eric et Ramzy (deux humoristes français) essayent d’intégrer les Chivers : un gang de blousons rouges qui boit du lait, abuse de la chirurgie plastique et joue à un jeu mixant le criquet et le calcul mental. En 2010, il réalise « Rubber »; un film entièrement tourné avec un appareil photo et retraçant l’histoire d’un pneu serial-killer (oui oui, vous avez bien lu, un pneu…) exerçant dans le Nevada. Après cette sortie, Quentin Dupieux prend un rythme de croisière dans la réalisation de ses films, à raison d’un film par an. Et sort ainsi successivement de 2012 à 2014 : « Wrong », « Wrong Cops » et « Réalité ».

Wrong est un film pêle-mêle, sans queue ni tête, où Dolph, le personnage principal perd son chien Paul et… sa tête. Wrong Cops est une comédie noire sur fond de trafic de chiens. Encore une fois, le film vacille entre des scènes déroutantes et burlesques, c’est selon la dose de non-sens que vous êtes prêt à accepter. Et pour ne pas changer, Réalité est une œuvre décalée où le cinéaste amène une réflexion sur le cinéma tout en jouant sur le 7e art.

flat eric
Quentin Dupieux AKA Mr. Oizo (Flat Eric)

C’est une certitude, Quentin Dupieux a bien ouvert des portes en offrant sa vision sur le cinéma et le non-sens, d’autant qu’il réalise une bonne partie des bande-sons de ses films. Mais n’oublions pas non plus ses compères: SebastiAn, Kavinsky, Sébastien Tellier et Gaspard Augé, qui ne sont pas en reste puisqu’ils ajoutent une French Touch aux castings et à la bande-son.

kavinsky

Kavinsky

Reconnu pour son travail sur la bande-son de « Drive », il débute comme acteur en 2001 avec le premier film de Quentin Dupieux: Nonfilm. Il interprète un des rôles principaux au côté de Sébastien Tellier, son ami de longue date. La même année, il apparaît dans le clip de Benjamin Diamond – Fit Your Heart. Il jouera également un petit rôle dans « Aaltra » en 2003, et dans « Atomik Circus », en 2004. En 2007, il obtient son véritable grand rôle en incarnant Dan, le chef de la bande des Chivers, dans le film Steak.

Nonfilm dans sa version intégrale (Attention, ça donne la gerbe…)

gaspard augé (justice)

Gaspard Augé (Le moustachu de Justice)

Alors qu’ils sont sous le même label (Ed Banger Records), Quentin Dupieux en profite pour lui demander de réaliser la BO de Rubber, composée de 15 morceaux dont certains doivent vous être familiers.

Gaspard Augé – Sheila (Rubber)

Sebastien Tellier

Sébastien Tellier

On le retrouve dans Nonfilm au côté Kavinsky et dans Steak avec tout le reste de la bande. A noter qu’il a également participé à la bande-son du film NARCO de Gilles Lellouche en 2003. Il signera aussi la bande-son de Steak avec ses acolytes Mr. Oizo et SebastiAn.

Sébastien Tellier – Exploités (Steak)

SebastiAn

SebastiAn

Le petit dernier de la bande collabore avec Quentin Dupieux dans le domaine du cinéma. En 2007, l’artiste joue dans le second film du réalisateur, Steak, dans le rôle de Felix, un membre d’un groupe appelé les Chivers, aux cotés de Kavinsky et d’Eric et Ramzy. Il a également signé une partie de la bande-son du film.

SebastiAn – Itea (Steak)

A choisir dans la filmographie de Quentin Dupieux, je vous conseillerai fortement de regarder au moins une fois le film Steak. La bande-son colle à la perfection, l’histoire est farfelue et l’humour est bien présent. Foncez !