Alexandra, fan de Rock et collectionneuse de vinyles – Texas, USA

146

Dans mon voyage autour du monde à la rencontre des collectionneurs de disques vinyles, j’ai fait un petit stop au Texas pour discuter avec Alexandra. Nous avons parlé collection de vinyles évidemment, de ses influences et de ses groupes préférés. Résolument fan de The Black Keys, Alex a gentiment pris le temps de partager son histoire avec moi. Il est temps maintenant de découvrir sa très intéressante interview !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Alexandra, la plupart des gens qui me connaissent personnellement m’appellent Parker. Je suis maman de deux filles de 10 et 5 ans. J’ai vécu dans beaucoup d’endroits différents tout au long de ma vie d’adulte. De l’état de Washington au sud-ouest de l’Allemagne. Je réside actuellement au Texas, mais je déménagerai cette année sur la magnifique côte est. Je travaille en tant que directeur des ventes pour une entreprise qui gère des marques/produits vendus sur des bases militaires à travers le monde et ce depuis 9 ans. J’ai toujours aimé la musique et collectionner des disques m’a donné un endroit où concentrer cette énergie.

Alexandra tenant un disque de the sublime

Comment et quand as-tu commencé à collectionner les disques vinyles ? Tu en possède combien aujourd’hui ?

J’ai commencé à collectionner les disques il y a environ 5 ans quand j’ai trouvé un album qui m’a aidé à façonner mon amour pour tout ce qui touche au rock. Je n’avais pas du tout prévu que ma collection devienne ce qu’elle est aujourd’hui. J’ai toujours aimé les pochettes d’album et la façon dont elles peuvent donner le ton à un album, mais c’est aussi un élément tellement important de la façon dont les gens reconnaissent / se souviennent de la musique. J’étais terrifié à l’idée d’acheter une platine pendant un long moment parce que je ne voulais pas la monter à l’envers ou ruiner mes disques. J’ai regardé une demi-douzaine de tutoriels YouTube sur « Comment installer une platine vinyle » et cela m’a fait peur d’en acheter une pendant les deux premières années.

J’ai choisi de ne pas compter combien j’en ai parce que cela n’a jamais été un facteur important dans la raison pour laquelle j’aime la musique. Je garde une note mentale de ce que j’ai et de ce que je n’ai pas. Jusqu’à présent, je n’ai pas acheté de double, ça fonctionne bien jusqu’à présent.

Quel déclic t’a fait aimer la musique ?

J’ai toujours eu un intérêt pour la musique. En grandissant, j’ai toujours aimé regarder les gens écouter de la musique et chanter avec eux. Mes parents ont toujours encouragé les questions sur la musique qu’ils écoutent, ce qui était pour moi tout simplement incroyable et varié. Je suis également devenu un peu obsédée par la façon dont la musique se construit lorsque j’ai appris à lire la musique en jouant du violoncelle et du violon. J’ai joué pendant environ 10 ans avant d’apprendre qu’il y avait une célèbre violoniste qui portait le même nom que moi au Royaume-Uni.

Au début de mon adolescence, j’ai commencé à lire Metal Edge magazine pour en apprendre plus sur tous mes artistes préférés, et là j’en ai aussi découvert beaucoup de nouveaux, c’était une routine chaque mois pour moi. J’étais toujours tellement excitée par la sortie des nouveaux numéros. Au fil des ans, c’est devenu un mode de vie et une façon de rester productive.

Alexandra tenant un vinyle rouge

« J’ai toujours aimé la musique et collectionner des disques m’a donné un endroit où concentrer cette énergie

Tu te rappelles de ton premier vinyle acheté ?

Le premier disque que j’ai acheté était Alice In Chains – Facelift, un pressage européen que j’ai trouvé en Belgique. J’ai payé environ 100$ pour cet album et je n’avais pas l’intention d’en acheter plus après. Cet album m’a permis de traverser mon adolescence maussade en un seul morceau, sans même savoir de quoi parlaient les chansons. C’était un album que mon père passait dans sa voiture et je lui ai rapidement retiré son CD après avoir entendu « Put You Down » et « Sunshine ». Quelle voix puissante et effrayante de Layne Staley.

un mur rempli de disques vinyle

Quelles sont tes 1ères influences musicales ?

Je dois dire que la plupart des artistes préférés de mes parents ont joué un rôle majeur dans ma passion pour la musique. Ma mère a toujours été une rockeuse, elle aime Scorpions, Queen, AC/DC, Van Halen (elle est plus fan de Sammy cependant), etc. Mon père aime de tout, il m’a donné un amour pour Ozzy Osbourne, Metallica, Kenny Loggins, Robert Palmer, George Strait, N.W.A.

Quel genre de musique on jouait à la maison quand tu étais petite ? Tes parents avaient des disques ?

La réponse courte serait une bonne dose de tout en mettant l’accent sur chaque sous-catégorie de rock. Mes parents ne m’ont jamais découragé, ni mes frères et sœurs, d’écouter un type de musique spécifique, et j’ai toujours apprécié ça chez eux. Ils ont également toujours été ouverts à répondre aux questions sur la musique qu’ils écoutaient. Ils ne possèdent pas et n’ont jamais collectionné de disques vinyle. Mon père avait une collection de cassettes assez impressionnante avant de rencontrer ma mère, mais s’en est débarrassée peu de temps après.

Est-ce que tu collectionnes un style en particulier ?

J’essaie de collectionner un peu de tout et si je devais deviner ce que j’ai le plus c’est du Rock de toutes les décennies. J’ai un peu de tout, du classique au Metal.

Alexandra tenant un disque de metallica

Ta plus belle trouvaille ?

Ohhh c’est difficile, récemment ma trouvaille préférée était Wanda Jackson. J’ai entendu un extrait de sa chanson « Whirl Pool » et j’ai fait un tas de recherches sur sa vie amoureuse, son histoire, ses réalisations.

Des regrets à propos d’un vinyle que tu as perdu ou que tu n’as pas acheté ?

Tellement… J’ai une bien meilleure mémoire que je ne devrais, mais je suis déjà passée devant quelques albums en me disant optimistiquement qu’ils seraient là la prochaine fois. Un album, en particulier, c’était un exemplaire de Fever To Tell de Yeah Yeah Yeahs à 25$.

Alexandra tenant un disque de pantera

Une anecdote intéressante à propos de ta collection ?

La seule chose qui me vient à l’esprit est un lot d’environ 400 vinyles que j’ai acheté pour 20$ à une prof de musique à la retraite avec qui je parle encore régulièrement pour prendre des nouvelles. Je me suis mise 2 semaines en quarantaine avant d’aller récupérer les vinyles chez elle. Elle voulait m’expliquer certaines choses sur sa collection, ça m’a un peu fendu le cœur.

Quel est ton dernier achat de vinyles ?

Mon dernier achat a été un ajout à ma collection de The Black Keys, j’attends actuellement El Camino par la poste au moment où nous parlons. Album très important pour moi car c’est là que l’amour pour eux a commencé.

le vinyle el camino de the black keys sur une platine

Quel est le disque le plus cher que tu aies acheté ?

À ce jour, le plus cher que j’ai acheté est mon exemplaire d’Ozzy Osbourne – No More Tears mais je ne dirai jamais que cela n’en valait pas le coup.

Y a-t-il un artiste ou un label en particulier dont tu essayes d’avoir la discographie complète ?

Il y a trois artistes sur lesquels je travaille activement pour compléter la discographie cette année. Deftones, The Black Keys, et City and Colour. Je pense que ce trio doit être mes artistes préférés dont je n’ai pas hérité de mes parents ou de quelqu’un d’autre.

un disque de city and coulours sur le sol

« En tant que Mère, je pense que l’intérêt même s’il est minime que les disques apportent à mes filles est tellement important

Quels disques sont encore sur ta wish list ? (Les exemplaires que tu recherches depuis des années)

Tout d’abord, celui qui me vient à l’esprit est City and Colour – Sometimes. Je ne l’ai jamais vu en personne et j’ai complètement raté la réédition du mois dernier. Le seul autre auquel je pense, et je vérifie au moins une fois par mois est Rihanna – Anti.

Alexandra tenant un vinyle d'odeza

C’est la fin du monde, je sais, c’est terrible mais tu ne peux prendre que 5 vinyles avec toi! Lesquels ?

  • Ozzy Osbourne – No More Tears
  • The Black Keys « Let’s Rock » (RSD release)
  • Deftones – Diamond Eyes
  • Etta James – At Last
  • Marvin Gaye – In The Groove

Édition originale ou réédition ?

Dans un monde parfait, les pressages originaux ! Mais ma collection est le reflet direct de la valeur sentimentale qu’ils ont pour moi. Je consacrerai plus de temps, d’efforts et d’argent à quelque chose qui compte beaucoup pour moi qu’à quelque chose auquel je n’ai pas d’attachement.

Alexandra devant sa collection de vinyles

Quel genre de digger es-tu ? (en ligne, disquaire, brocante, vide-grenier…)

Je suis tout ce qui précède. Je connais mon magasin local comme ma poche et j’appelle au moins une fois par semaine pour voir si quelque chose d’intéressant a surgi. En ligne, j’utilise Discogs, eBay et l’Armée du Salut pour récupérer tout ce que je ne trouverai pas chez mon disquaire. Après, c’est partout où je peux les trouver.

Alexandra tenant un vinyle de queens of the stone age

Penses-tu que collectionner les vinyles aide à la préservation de notre héritage sonore et culturel ?

Absolument. En tant que Mère, je pense que l’intérêt même s’il est minime que les disques apportent à mes filles est tellement important. Elles posent des questions, s’impliquent dans les recherches dans les bacs et s’enthousiasment pour leurs artistes préférés. Ça crée des souvenirs et c’est une joie de les regarder expérimenter.

Qu’est-ce qui t’attires dans le disque vinyle ?

Sans aucun doute, je pense que la pochette d’album est vraiment importante, du minimal à l’extravagant, elle attire qui elle devrait, c’est aussi simple que cela. C’est grâce à elle que vous reconnaîtrez l’album, c’est une image plantée par l’artiste pour vous égarer dans une direction avant que votre esprit n’ait le temps de s’en faire une par lui-même. En ce qui concerne les disques eux-mêmes, ce que je trouve intéressant, c’est le soin et l’attention que vous devez leur apporter.

Alexandra tenant un vinyle noir

Comment organises-tu ta collection de disques ?

La réponse courte est… Je ne le fais pas. J’ai commencé à cataloguer récemment juste pour avoir une sorte de liste formelle parce que je suis sur le point de déménager, mais je n’aime pas l’idée de les classer par ordre alphabétique. Est-ce qu’il est parfois difficile de trouver ce que je cherche ? Absolument. Mais je trouverai généralement autre chose à écouter et reviendrai avec des yeux neufs pour la recherche.

Si ta collection pouvait parler, elle dirait quoi de toi ?

Elle dit que j’étais attentif à ce que mes parents écoutaient, que j’ai refusé de m’éloigner du rock du début des années 2000, puis j’ai finalement commencé à me diversifier et à admettre que j’aime un peu tout. Très spécifique.

Ton installation actuelle à la maison ?

Audio Technica LP60X et des haut-parleurs Edifier RT1280T. Rien de spécial.

un mur plein de disques vinyle

En savoir plus sur Alexandra :
Instagram :
@alx.parker

Crédit photos : avec l’aimable autorisation de @alx.parker

Merci beaucoup Alexandra pour cette interview. C’était hyper intéressant et j’ai adoré découvrir ton histoire ;).