27 Club – Episode 5/6: Robert Johnson

6265

Episode 5 : Robert Johnson : La main du Diable !

C’est le 16 août 1938 que Robert Johnson nous quitte ! Peut-être le moins connu du Club des 27 mais indéniablement le plus énigmatique, sûrement dû au faite que nous avons peu d’information à son sujet. Robert Johnson fut donc le premier d’une série d’artistes maudits morts à l’âge de 27 ans. N’ayant commencé à composer que 3 ans avant sa mort, il a enregistré en tout et pour tout 29 chansons, lors de deux sessions qui se sont respectivement déroulées en novembre 1936 et juin 1937. Certaines ont été captées deux fois, ce qui fait un total de 42 enregistrements. Ça fait peu mais ses chansons ont eu et continuent d’avoir un impact majeur sur la façon dont de nombreux genres de musique ont évolués.

Il meurt dans des circonstances mystérieuses. Après un concert dans un bar de Greenwood, Mississippi, il se sent mal et est emmené chez une amie. Le lendemain matin, il est retrouvé inerte. Plusieurs thèses sont ainsi avancées : l’empoisonnement, la syphilis, la pneumonie, voire les trois ensemble. Les versions sur sa mort étaient aussi vraisemblables les unes que les autres, compte tenu du manque d’information sur la vie de ce bluesman légendaire. Ce n’est pas faute d’avoir cherché. Sur son certificat de décès, on trouve la mention « pas de docteur ».
robert johson and his guitar
Une chose est sûre : il est mort le 16 août 1938.
Face à ce manque d’information, je ne peux vous laisser sur le carreau. Je préfère donc vous conter la fabuleuse histoire du bien nommé Robert Johnson et de son pacte avec le diable !

Faute de témoignages crédibles et/ou authentiques, il faut bien comprendre qu’il est difficile de dissocier le talent artistique de Robert Johnson et la légende qui lui colle à la peau.

« Tout commença un soir de pleine lune. Il faisait chaud…..trop chaud.
Alors qu’il se baladait non loin de Clarksdale dans l’état du Mississippi, le jeune Johnson se perdit au carrefour de la 49éme et 61ème.
Rien ne se profilait à l’horizon. Pas plus à gauche qu’à droite. Ne sachant quelle route prendre et la chaleur l’accablant, il décida de faire une sieste le long de la route. Lorsqu’il commença à tomber dans un sommeil profond, une brise fraîche vint lui caresser le visage. Puis le vent s’intensifia. Le temps s’assombrit et l’atmosphère se chargea en électricité. C’était un temps anormal pour cette saison. Johnson se leva et regarda de part et d’autre du carrefour. Il fini par distinguer une ombre flottant dans les airs. A mesure qu’elle avançait, les yeux de notre ami s’écarquillaient. Sans aucun bruit et sans un mot, l’ombre se pencha, saisit la guitare de Robert, l’accorda et joua quelques notes divines avant de disparaître en lui laissant sa guitare ainsi que son talent au bout des doigts. Le pacte était scellé, il venait de vendre son âme au diable en échange de sa dextérité de bluesman qu’on lui connait « .

Il est cependant difficile, malgré le questionnement de certaines personnes ayant rencontré l’artiste, de se forger une opinion fiable sur la réelle existence de cette alliance. On reconnaît largement l’influence qu’a eu Robert sur la musique, puisqu’il a fasciné bien des artistes au début des années 60 et ce jusqu’à aujourd’hui. Robert Johnson est devenu une légende et une grande source d’inspiration pour des artistes tels que Jimi Hendrix, Jimmy Page, Bob Dylan, Brian Jones, Keith Richards ou encore Eric Clapton. Gardons donc en mémoire ce que nous laisse l’histoire à savoir le meilleur : La musique du diable !

R.I.P. Robert
robert johnson smoking a cigaret and holding his guitar

Episodes
Intro: Le Club des 27
1er episode: Jim Morrison
2ème episode: Kurt Cobain
3ème episode: Amy Winehouse
4ème episode: Janis Joplin
6ème episode: Jimi Hendrix