Dan McPharlin – L’artiste Vintage

3250

Entre pochettes de vinyles et répliques de machines analogues, Dan McPharlin nous dévoile son univers (impitoyable… o_O) graphique

pretty lights cover album by dan mcpharlin

Dan McPharlin est un artiste-designer indépendant, né en 1977 à Adelaïde en Australie. Il développe au fil du temps un style graphique unique mêlant l’art contemporain, la science-fiction, le surréalisme et le mouvement Victorien. Cette patte artistique lui a permis, entre autres, de travailler sur des pochettes d’albums vinyles, des magazines, des livres, des sites internet et a également exposé à maintes reprises ses créations en Australie et bien au-delà.

dan mcpharlin portrait
Photo : designboom © 2014

Les pochettes d’albums Sci-Fi

L’artiste McPharlin a l’œil et le savoir-faire pour réaliser des paysages surréalistes avec une atmosphère particulière. Ses œuvres s’inspirent énormément de l’âge d’or de la Science-fiction des années 70-80. Il faudrait être aveugle pour nier l’influence des “Space wars” dans son travail. Des séries comme « Terran Trade Authority », « Jayce and the Wheeled Warriors » ou les ouvrages « Dragon Dream » et « Paper Tiger » ont été des grandes influences pour lui.

C’est donc avec une identité visuelle forte et pleine de références qu’il a attiré les regards et se retrouve à faire les pochettes d’albums vinyles d’artistes de musique. Son style apportant une touche supplémentaire à l’album.
Dan McPharlin a ainsi travaillé sur les pochettes d’artistes tels que:

* Pretty Lights

* Prefuse 73

* Dylan Ettinger

* The Sword

Les miniatures Analogues

En plus d’être un illustrateur reconnu, Dan McPharlin est également un excellent modéliste puisqu’il crée des maquettes miniatures de synthèse et autres machines plus ou moins réalistes. L’art sonore et la musique électronique sur lesquelles il travaille en parallèle, influencent clairement ses œuvres. Produite entre 2006 et 2009, la série « Analogue Miniatures » en est un bon exemple.

Cette série est sa manière de rendre hommage aux synthétiseurs modernes et aux équipements d’enregistrement analogique. Chaque pièce a été construite à la main à partir de carton, papier, plastique, ficelles et des bouts de scotch.

– Aaaaah la joie des travaux manuels –